Chats du Clermontais

Vous êtes le 32720ème visiteur

En 2004, originaires de la région parisienne, nous nous sommes installés dans le Sud, à Clermont L’Hérault, ville natale du  Docteur Fernand Méry, premier vétérinaire médiatique, dont une rue de Clermont porte son nom.

En nous promenant dans le centre médiéval et les ruines du vieux château, nous avons découvert avec stupeur, le nombre impressionnant de chats errants, livrés à eux – mêmes, sans soin, faméliques et, à cet instant, nous avons pris conscience de la précarité, la misère physique et la cruauté dont sont victimes les chats dits « libres » de Clermont.

Pour mieux comprendre, il faut savoir que la moitié des hommes de cette région sont chasseurs et qu’à leur sens, un chat est nuisible et n’a droit à aucun respect.

En règle générale, on le tolère en l’ignorant, mais la régulaton des naissances étant une pratique inconnue et personne ne voulant  s’y investir,  lorsqu’il devient trop envahissant, le fusil, l'insecticide  et la mort aux rats règlent le problème.

Cette mentalité est également inculquée à leurs propres enfants et nous avons été les témoins sidérés d’actes barbares de bastonnade, caillassage, empoisonnements, de chiens dressés à tuer des chats…….une horreur.

Heureusement, malgré l’indifférence ou le laxisme quasi général, des personnes charitables s'évertuaient à nourrir certaines populations félines. Avec du temps et de la patience, de nombreux contacts, des réunions sur le terrain, en 2006, a été créée une association de défense des petits félins appelée " Le Chat perché – Chats de Clermont "» mais cette association trop petite et impuissante, malgré l’extrême bonne volonté, le courage et la disponibilité des quelques adhérents, n’a pas réussi à réaliser les résultats escomptés.

Des amis, ma femme et moi-même, qui adorons les animaux, avions, entre temps rejoint cette association.

Des dysfonctionnements et une politique contraire à l’esprit associatif de la présidence de l’époque, ont conduit la quasi-totalité des adhérents à démissionner.

Nous avons créé une nouvelle association, le 10 juillet 2009 et une petite collégiale parallèle ( La Catounière) nous a rejoint en septembre 2009.

En Juillet 2016, nous aurons 6 années d'existence, parsemées de joies, de peines, d'efforts et de sacrifices .

Mais nos efforts constants ont été récompensés. Il faut maintenant reconnaitre que ces mentalités ont positivement évolué. Beaucoup de contact, de dialogues, de rencontres et d'explications ont éclairci la situation.

La salubrité de la ville, la maîtrise et le contrôle des populations félines, l'état de santé des chats dits libres et leur maintien, nourriss

A ce jour, 30/06/2017 , nous comptons 803 adhérents  nous avons réalisé 2018 stérilisations dont 517 chats libres sur la commune de Clermont L'Hérault, centre ville et environs immédiats, et 1495 dans les communes environnantes, nous nourrissons chaque jour , 125 chats libres,sur la commune de Clermont, nous avons réussi à faire adopter 503 chatons , jeunes chats et chats adultes que nous avions pour la plupart sociabilisés en familles d’accueil.

Nous intervenons également dans les cas de maltraitance et cruauté envers les animaux .Avec le soutien des différentes associations partenaires et la SPA de Villeneuve les Maguelone, nous mettons tous les moyens disponibles pour que cessent ces agissements inacceptables et que soient pénalisés et poursuivis les auteurs reconnus . 

Rappel : à ce jour, nous avons dû traiter 16 cas de maltraitances et cruauté ( empoisonnements, coups de fusils pour des chats et privation totale de nourriture pour des chiens).

 

Les trappages et les nourrissages sont effectués par des membres actifs bénévoles à qui, nous devons rendre hommage pour leur courage et leur ténacité.

Qu’appelons nous «Nourrissages » et quel est le but?

Les nourrissages réguliers des chats sur 10 sites naturels , lieux de vie habituels de ces chats libres, nous permettent d’évaluer la population féline et de parer aux cas urgents (Chattes gestantes à trapper, opérer et stériliser, jeunes chats à castrer, bêtes blessées qu’il faut soigner ou malheureusement, si cela devient incurable, endormir.

  Nous prenons en charge l’éducation des petits chatons de quelques mois, que nous récupérons souvent, abandonnés sur la voie publique, ou laissés sur nos sites, intentionnellement. A force de patience, nous arrivons, pour la plupart, à les rendre sociables et de cette façon, adoptables.

 

 

 

 INFORMATION IMPORTANTE :

Nous rappelons que nous ne faisons pas REFUGE.

 Nous travaillons sur le terrain, en urgence

et nous n'avons pas de structure d' accueil.

 En aucun cas, nous ne pouvons accueillir de chats et chatons,

 si ce n'est en famille d'accueil, c'est à dire directement chez des particuliers, bénévoles  et seulement dans la mesure de nos possibilités. 

 

 

 

 

Logo sur kangoon 2

Logo sur kangoon 3

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×